“À Bruxelles, mettre la sauce, c’est manquer de cervelle!”

“À Bruxelles, mettre la sauce, c’est manquer de cervelle!”

Lancement d’une grande campagne pour faire respecter les limitations de vitesse

La Secrétaire d’État bruxelloise à la Sécurité routière, Bianca Debaets, et Bruxelles Mobilité ont lancé ce lundi une grande campagne de sensibilisation par rapport au respect des limitations de vitesse en Région bruxelloise. Basée sur des visuels très originaux, faisant référence à de la gastronomie typique de la capitale, cette campagne vise avant tout un public jeune. C’est la première d’une série de campagnes qui auront toutes comme fil rouge le RESPECT.

« A Bruxelles, mettre la sauce, c’est manquer de cervelle » ou « A Bruxelles, fais pas ton fast-fou, quand tu conduis ! », voici les deux slogans principaux retenus pour cette campagne de lutte contre la vitesse excessive en Région bruxelloise. En s’appuyant notamment sur des visuels qui parleront aux jeunes puisqu’on y retrouve des plats qu’ils connaissent bien.

« Nous restons avec notre clin d’œil culinaire comme lors de la journée sans voiture où nous avions mis en évidence le slow food en parallèle avec le plaisir de rouler lentement », explique Bianca Debaets, la Secrétaire d’État bruxelloise à la Sécurité routière. « La vitesse reste hélas l’une des causes principales des accidents de la route. Il est essentiel de sensibiliser pour le respect absolu des limitations de vitesse. Selon les experts de Bruxelles Mobilité, nous pouvons diminuer drastiquement le nombre de morts et de blessés graves sur nos routes si les automobilistes lèvent le pied et s’en tiennent aux limitations. C’est prouvé que rouler vite ne permet de gagner quelques petites secondes alors qu’on met en danger sa propre sécurité et surtout celle des autres, en particulier des usagers vulnérables. S’en tenir au maximum autorisé, c’est avant tout une question de respect ! ».

Outre une belle présence sur les réseaux sociaux traditionnels, la campagne sera également visible dans tout Bruxelles, et plus particulièrement dans les restaurants, les snackbars et les cafés. Les Bruxellois pourront y participer activement : en utilisant des photo-booths installés dans une cinquantaine d’établissements, ils pourront se prendre en selfie avec une illustration de la campagne et ensuite la partager sur leur propre compte Facebook ou Instagram par exemple.

Les zones de police bruxelloises seront aussi partenaires à part entière de la campagne, elles qui ont constaté, rien que durant le premier semestre 2018, un total de 112.272 infractions pour excès de vitesse.

« D’une manière générale, les Bruxellois en ont marre des cowboys de la route. En 2017, par exemple, il y a eu 30.900 excès de vitesse constatés en zones 30 et parmi ceux-ci 1032 roulaient à plus de 60 km/h et 248 à plus de 70 km/h. C’est totalement suicidaire. Ce genre de conducteurs n’ont pas leur place sur nos routes ! C’est pourquoi nous sensibilisons et la police, grâce aux moyens que nous apportons, avec aussi les Lidars par exemple, peut intensifier la répression, ce qui est essentiel », ajoute la Secrétaire d’État Bianca Debaets.

En guise d’illustration, on peut rappeler que plus la vitesse est élevée, plus le champ de vision du conducteur est réduit (vision tunnel). A l’arrêt, on est à 180°, à 30 km/h on passe à 100° alors qu’il n’y a plus que 75° à 70 km/h. Les distances de freinage augmentent aussi en fonction de la vitesse : 13,3 m sont nécessaires à 30 km/h pour le double (26 m) à 50 km/h. Ces deux facteurs sont totalement indépendants des aptitudes du conducteur. Enfin, rappelons que le risque pour un piéton de mourir est 5 x plus élevé lors d’un choc à 50 km/h qu’à 30 km/h.

Sur la plate-forme « Bien en route », des centaines de Bruxellois ont exprimé leur inquiétude par rapport à la problématique de la vitesse en ville en réclamant qu’on impose des limitations plus basses. Les commentaires, suggestions et recommandations ont été intégrés dans les débats des États Généraux de la Sécurité routière bruxelloise dont les premiers résultats seront présentés demain.

Téléchargez les visuels haute-résolution de la campagne.

 

Contacts Presse:

Porte-parole Bianca Debaets : Pierre Migisha, pmigisha@gov.brussels, 0489/720.412

Porte-parole Bruxelles Mobilité (FR): Camille Thiry, cthiry@sprb.brussels 0499/58.81.99

Porte-Parole Bruxelles Mobilité (NL) : Inge Paemen, ipaemen@gob.brussels, 0499/966.305

A propos de Bruxelles Mobilité

Bruxelles Mobilité est l'administration de la Région de Bruxelles-Capitale chargée des équipements, des infrastructures et des déplacements. Son principal défi est de combiner le développement économique - et les besoins de mobilité croissants - à l'amélioration de la qualité de vie et au développement durable.

Bruxelles Mobilité gère la définition des stratégies de mobilité, les projets d'aménagement, de renouvellement et d'entretien des espaces publics et des voiries, ainsi que les infrastructures de transports en commun et les taxis. Elle remplit ainsi des missions essentielles à la qualité de vie et au développement durable en Région bruxelloise, parfois en partenariat avec d’autres instances.

Bruxelles Mobilité
Service public régional de Bruxelles
Bruxelles Mobilité
CCN (Gare du Nord) - étage 1,5
Rue du Progrès, 80 à 1035 Bruxelles